Juin 10

Les techniques de l’allaitement maternel

otre décision est prise, vous allaitez ou souhaitez allaiter votre bébé. Afin de vous accompagner au lieu dans votre choix nous allons détailler les différentes techniques de l’allaitement maternel car oui, malgré le fait que ce soit totalement naturel, ce n’est pas toujours une évidence alors autant débuter avec de bonnes bases et surtout quelques conseils précieux. Votre allaitement n’en sera que plus serein !

Pourquoi parler de technique de l’allaitement ?

L’allaitement maternel est la manière de nourrir son enfant le plus naturellement possible, nous sommes donc sensées, nous les femmes, savoir comment procéder d’instinct. Malheureusement on ne nous dit pas tout, surtout concernant les points négatifs, en général nous entendons des phrases comme : « super tu as choisi d’allaiter tu vas voir c’est tellement pratique ! » ou encore « c’est meilleur pour ton bébé ! » etc… mais ce que nous ne savons pas finalement c’est comment faire ? Il y a certaines femmes pour qui allaiter est réellement instinctif mais pour d’autres (la majorité), c’est un pas vers l’inconnu. Pas de panique voici  quelques techniques à appliquer et à prendre en compte dès les premières tétées et surtout gardez à l’esprit que vous allaitez pour votre bébé mais aussi pour vous il est impératif que ces moments précieux ne se transforment pas en cauchemar ou en source de stress.

Les techniques de l’allaitement existent afin de permettre aux jeunes mamans d’aborder l’allaitement sans avoir l’impression de ne rien maîtriser. Rassurez-vous les sages femmes sont heureusement souvent de très bons conseils et vous aideront lors des premières mises au sein, il est cependant important d’aborder le sujet avant même l’arrivée de votre bébé.

Les désagréments de l’allaitement

Voilà les fameux détails dont on ne vous parle pas beaucoup voir même pas du tout. Lors de l’allaitement maternel, surtout durant les premières semaines, attendez-vous peut-être à des douleurs. Sont-elles inévitables ? Certainement pas mais il existe des méthodes simples à mettre en place pour vous soulager voir même pour les limiter au maximum.

Voici un petit panel non exhaustif des conséquences possibles de l’allaitement :

– La montée de lait :

Passage obligé lors des premiers jours de l’allaitement, la montée de lait peut provoquer des tensions, les seins sont plus lourds, plus chauds et beaucoup plus sensibles. Mais pas d’inquiétude généralement cela passe vite et surtout elle est indispensable. Pour vous soulager prenez une douche tiède et massez délicatement le sein afin d’exprimer un peu de lait, mettez votre bébé au sein le plus souvent possible dès les premiers signes afin que l’allaitement se mette en place du mieux possible. Enfin en cas de douleur intense n’hésitez pas à faire appel au personnel médical ils sont là pour vous aider.

– Les crevasses et mamelons douloureux :

Ces petites lésions qui ne sont pas toujours visibles au début (mamelons douloureux) sont souvent dues à une mauvaise position, bébé ne prend alors pas correctement le sein. Ces gerçures sont très douloureuses mais en changeant de position et en s’assurant que votre bébé prend correctement le mamelon (entièrement), elles peuvent être évitées ou tout du moins limitées. Deux secrets pour les soulager, les coupelles d’allaitement en argent et/ou un bâton de moxa tous deux ont un pouvoir cicatrisants s’ils sont bien utilisés. Attention pour retirer bébé du sein et éviter de vous faire mal il suffit d’appuyer légèrement sur sa lèvre inférieur, il relâchera alors délicatement le mamelon.

– L’engorgement :

Vous avez beaucoup de lait, cette quantité importante retenue dans le sein peut créer une congestion, une distension des tissus qui s’avère douloureuse. Il faut évacuer le lait, pour cela bébé doit être mis au sein régulièrement (6/jours environ), il doit téter efficacement afin de bien le vider. Cependant attention trop de petites tétées auraient tendance à avoir l’effet contraire et du coup favoriser les montées de lait. Le froid a un effet apaisant il existe des coussinets à réfrigérer à placer sur le sein pour un soulagement temporaire. Si le sein est vraiment douloureux pensez à utiliser un tire-lait manuel qui vous soulagera sur l’instant. Attention toutefois, cette mesure doit rester exceptionnelle sinon vous risquez de stimuler vos seins et ainsi favoriser les montées de lait.

Les techniques de l’allaitement maternel

Une bonne prise du sein ainsi qu’une position adaptée sont des éléments indispensables à la mise en place et au bon déroulement de l’allaitement maternel.

La mise au sein :

Quand votre bébé ouvre grand la bouche, saisissez votre sein entre le pousse et les doigts pour l’aider à prendre tout le mamelon. Il ne doit pas prendre uniquement le téton. S’il n’a pris que le téton dans la bouche alors vous aurez mal. La tétée sera inefficace et les crevasses risquent de pointer le bout de leur nez.

mise au sein

mise au sein

mise au sein incorrecte

 

Les différentes positions de l’allaitement maternel :

Il est important de connaitre dès les premiers jours de l’allaitement maternel, différentes positions. En effet, en cas de douleur, de début de crevasse, un changement de position peut vous permettre d’éviter ces problèmes. Il est  impératif de réagir immédiatement si vous ressentez un inconfort. Après chaque tétée n’hésitez pas à badigeonner le mamelon avec une goutte de lait maternel et/ou de lanoline (pommade Lansinoh). Vous éviterez peut-être les crevasses. Donner le sein à votre bébé doit être avant tout un moment de bonheur, d’échange, de renforcement du lien d’attachement. Veiller à ce qu’il mange correctement et que la tétée soit efficace. Une bonne position d’allaitement doit être confortable pour vous et pour votre enfant.

Une base sera commune à toutes ces positions. Il est important que le corps de bébé soit aligné et tourné contre celui de sa maman.

Voici quelques positions à ne pas hésiter à utiliser en alternance :

La position de la madone ou du berceau :

position de la madone

La tête se pose sur l’avant bras idéalement dans le pli du coude. Le corps doit être aligné (oreille, épaule et hanche) et tourné contre le ventre de maman. Utilisez un coussin d’allaitement installez-vous confortablement et ayez un appui.

 

 

 

 

 

Allongée sur le coté :

position allaitement couchée

Couchez-vous sur le coté, votre bébé vous fait face, le visage prêt de votre sein. Son corps doit être couché sur le coté contre votre ventre. Il est possible de caler l’enfant avec un lange un petit coussin. Cette position d’allaitement est idéale la nuit, mais aussi en cas de césarienne, d’épisiotomie ou plus simplement de fatigue.

 

 

 

 

Le ballon de rugby :

allaitement ballon de rugbyCette position est une des positions idéale pour les mamans ayant subis une césarienne car le poids de votre bébé ne repose pas sur la partie incisée. Calez-vous bien c’est important. Servez-vous de coussins et d’un coussin d’allaitement pour y allonger confortablement votre bébé.  L’avantage de cette position est la bonne visibilité que vous aurez sur la bouche de bébé. Vous pourrez ainsi voir s’il prend correctement le sein. Nous vous conseillons cette position pour des problèmes de mamelons plats ou ombiliqués et pour allaiter des jumeaux.

 

 

 

 

Les techniques de l’allaitement vous l’aurez compris ne sont qu’une base pour vous aider. Si vous débutez, ne vous faites pas trop de soucis. Le plus important est d’essayer de faire du mieux possible. La priorité : que votre enfant mange bien et que vous ne connaissez peu les désagréments tels que les crevasses, engorgements. Il est également important que les seins soient bien « vides ». D’ailleurs si vous avez beaucoup de lait rien ne vous empêche de donner deux fois de suite le même sein. De cette façon votre  bébé prendra tout ce qu’il y a de meilleur dans votre lait maternel. En effet, le lait est plus riche en fin de tétée. Au contraire si vous avez une quantité de lait « normal » vous pourrez alternez les seins à chaque tétée. Toutes les mamans sont différentes, tous les bébés aussi ! Alors comme je le dis souvent surtout faites vous confiance. Si quelquefois vous avez besoin d’aide alors les sage-femmes, les médecins ou les conseillères en lactation peuvent vous aider.

*